Merhaba beddua.org sex hikayeleri okuyucuları, derlediğimiz en büyük hikaye arşivini sizlerin beğenisine sunuyoruz.okuyup keyif almak ve sırılsıklam olmak işte tüm mesele bu.

Quand Margot devient chienne 33Le voyage continue.Le bistrot latin. C’est là qu’une table avait été réservée pour le soir. C’est un charmant petit restaurant dans le quartier de Bonapriso, à la décoration raffinée dont la salle donne sur un jardin bien agréable. La table retenue était un peu à l’écart et les autres convives très sympathiques. Il y avait deux couples et deux hommes seuls, tous noirs. Margot avait bien tentée de s’intéresser à la conversation, mais une fois encore, elle avait lâché prise au bout d’un moment. Les termes employés étaient de l’hébreu pour elle. Mais il semblait que les autres femmes étaient dans le même cas. Hélas, les trois femmes n’étaient pas assises côte à côte, il leur était donc impossible de converser entre elles. Margot se demandait d’ailleurs bien de quoi elles auraient pu parler. La seule chose dont elle s’était aperçu, c’est que l’une d’entre elle surtout, ne faisait que lorgner dans son décolleté. Suivi en cela d’ailleurs par les quatre hommes présents. Certes pas avec insistance, cela aurait été déplacé. Mais, on pouvait penser que l’un comme l’autre connaissait le nombre de grains de beautés dont la naissance des seins de Margot étaient pourvu. A la fin du diner, au demeurant excellent, l’un des hommes, qui semblait bien être un peu le supérieur de tous les autres, proposa que tous aille boire un verre à sa villa. Suggestion accueillie avec plaisir et tout ce petit monde prit la direction du parking. « BHV » monta dans la berline de celui que Margot voyait comme le patron et elle même monta avec les deux femmes dans un quatre quatre conduit par un des hommes seuls. La position assise avait fait remonter sa robe déjà pas très longue et les deux femmes noires n’en perdaient pas une miette.-Vous êtes très belle madame Margot.-Merci c’est très gentil, mais je vous en prie, appelez-moi Margot, pas de madame entre nous si vous le voulez bien. Et je vous trouve aussi très jolies toutes les deux.-Oh ! Madame Margot, euh, pardon, Margot, vous êtes trop aimable. Nous voudrions bien être jolies comme vous. Mais nous sommes très touchées de votre compliment.Disant cela, la black en avait profité pour poser sa main sur la cuisse de Margot. Comme ça, mine de rien. Mais elle ne la retirait pas sa main. Et voyant qu’aucune réaction de la propriétaire de la cuisse ne venait, la main s’enhardit. Elle caressa la peau doucement, presque sans bouger. Juste sur quelques millimètres.-Vous avez une peau très fine Margot. Un plaisir sous la main.-Merci du compliment.Il n’en fallut pas plus pour que la main se laisse aller à güvenilir canlı bahis siteleri une intrusion plus poussée. Margot n’avait rien contre et de toute façon, « BHV » avait dit, surtout de ne pas contrarier ces dames, elles pouvaient avoir une influence sur les maris. C’est donc un massage en règle de la cuisse qu’elle subissait. Comme Margot ne disait toujours rien alors que le véhicule avançait toujours, le bout des doigts s’égara quelque peu.-Waouh !!! Margot ! Mais vous n’avez pas de culotte ???!!!-Ah non, je n’en porte jamais.-Mais c’est … Mais vous … Ah ça ! Je n’en reviens pas.Elle n’en revenait pas, mais elle n’avait pas lâché la cuisse pour autant et même, elle avait carrément les doigts sur la chatte lisse de Margot.-Mais ???!! Vous n’avez pas de poil non plus ??-Ben non, je n’aime pas ça non plus. Pourquoi, vous en avez vous ?-Oui, toutes les deux, mais on les taille bien sur.-Il faudra me faire voir ça. -Oh oui, avec grand plaisir. Je crois qu’on va bien s’amuser toutes les trois.Alors que le chauffeur avait orienté son rétroviseur afin de bien se rincer l’œil, deux doigts fourbissaient la chatte de Margot qui sentait le plaisir monter dans son ventre. Elle se contorsionna pour parvenir à lever une jambe afin que l’accès à sa chatte soit plus aisé et surtout, qu’elle ressente plus de plaisir. Comment Marie (elles s’étaient quand même présentée en sortant du restaurant) a interprété cette manœuvre, on l’ignore mais toujours est-il que sans quitter la chatte, elle posa un doigt sur la rondelle de Margot qui gémit de plus belle. Se sentant encouragée, elle enfonça son doigt.-Tu aimes te faire enculer aussi ?La question était brutale, mais elle avait l’avantage d’être précise. Elle se précisait d’autant plus qu’un second doigt avait rejoint le premier alors que Joséphine, installée sur le siège avant gauche, tendait son bras au maximum pour tenter d’entrer elle aussi, un ou deux doigts dans la chatte de leur nouvelle copine de jeu.-Oui, j’adore ça. Pas vous ?-Bien sur qu’on aime ça ! Et plein d’autres choses, tu verras.Margot avait jouit deux fois avant que le quatre quatre ne s’arrête devant une superbe villa au style colonial revisité. Chacune dans le véhicule avait pris soin de se refaire une allure présentable avant de descendre pour rejoindre les hommes autour de la piscine mais à l’abri sous le patio. Un boy apporta des rafraîchissements et ces messieurs reprirent leur conversation sans plus se soucier de la gente féminine. Après quelques instants et quelques gorgées de jus de mangue bien frais, sous l’impulsion güvenilir illegal bahis siteleri de Marie qui semblait avoir prise sur son amie Joséphine, les trois femmes se levèrent et quittèrent l’ombre bienfaisante du patio.-Je fais visiter la maison à notre nouvelle amie.-Oui, oui, bien sur, amusez-vous bien les filles.S’amuser, Marie y comptait bien. Son homme ne croyait pas si bien dire. Elle entraina les deux autres femmes dans son sillage et une fois passé le grand salon orné de trophées et de peau de bestioles en tout genres, ainsi que de sculptures en ébène ou en bois de fer plus ou moins monumentales, elle bifurqua dans un couloir qui menait aux chambres. En passant devant chacune d’elle, elle en ouvrait la porte afin de faire découvrir la décoration à Margot qui ouvrait des yeux comme des soucoupes. Non pas que ce soit particulièrement beau, même au contraire aurait-elle dit, mais c’était des décors pour le moins inattendus. Du rococo en passant par de grandes d****ries lourdes et moches, du presque chinois au rustique normand, bref, du lourd quoi. Mais la pièce du fond réservait quelques surprises. C’est bien à ça que servent les pièces du fond, non ?Le trio pénétra dans une espèce de grand salon. Il y avait plusieurs canapés installés de façon à former un carré fermé et une table basse en bois sculpté en son centre. Comble du luxe inutile, il y avait une cheminée et, perfection du raffinement, une peau de bête étalée devant le foyer ou rougeoyait un faux feu de bois. Du lourd quoi, c’est bien ce que je disais. Sur les murs des photos de la France. De partout. Le Mont Saint-Michel, l’arc de triomphe, la tour Eiffel évidemment, des paysages de corse, de Normandie ou de je ne sais où. Margot était impressionnée.-Comment tu trouves notre petit nid margot ?-Euh … Super votre petit nid. Ah oui, très beau.-Merci, c’est gentil. Tu sais c’est moi qui ait fait toute la déco ! Et ça n’a pas été simple pour trouver tout ça, tu t’imagines bien. Mais bon, on n’est pas là pour acheter le fond hein ? Allez les filles venez vous asseoir par ici. Margot se calla dans un des grands canapés et comme par hasard, elle se retrouva avec une fille de chaque côté d’elle. Joséphine semblait attendre que Marie commence les hostilités. Visiblement elle ne prenait jamais l’initiative. Marie était donc bien la dominante comme elle le pensait. -Où on est là ? Parce que dans la voiture je n’ai pas vraiment suivi notre déplacement.Marie avait posé sa main sur la cuisse de Margot. Elle remontait déjà le maigre tissu qui la voilait à güvenilir bahis şirketleri peine et les doigts atteignaient l’aine. De son côté Joséphine baissait avec soin les bretelles de la robe et les seins ne tardèrent pas à se dévoiler.-On est à Bonabéri, c’est de l’autre côté du Wouri. Par la fenêtre du s
alon on voit le port de Douala et côté entrée, on voit le mont Cameroun.A propos de mont, c’est le mont de vénus qu’escaladait Marie. Puis elle chuta dans une crevasse très humide et enfonça toute sa main au fond du gouffre. De son côté, Joséphine bouffait les tétons de Margot.-Putain, tu as vu Marie comme ils sont gros ?-Fais voir Jo. Donne m’en un… Ah oui en effet, et bien dur ! Et regarde sa chatte comme elle mouille. Je crois qu’on va pouvoir lui faire goûter Victor.-Hein ?! C’est qui Victor ?-Tu vas voir ma salope, je crois que tu vas aimer, mais ce n’est pas encore le moment. C’est une surprise.Joséphine se leva et se mit debout à cheval au dessus de Margot pour se faire à son tour bouffer la moule. Elle s’avança et prit la tête de Margot pour la coller sur sa chatte.-Vas-y, bouffe moi !-Merde !!! Mais c’est une vrai râpe à fromage ton pubis !!-Ah bon, tu trouves ?-La vache, oui ! Tu devrais les raser complètement ou les laisser plus longs.-Ouais, je vais voir, en attendant bouffe ! J’ai trop envie de ta langue.Pendant ce temps, Marie faisait un va et vient constant dans la chatte de Margot et on ne voyait qu’un bout de bras qui en sortait. De son autre main elle avait récupéré on ne sait où, un gode de belle taille qu’elle tentait d’insérer dans le trou du cul excité. Elle finit par y parvenir. Margot râlait tout en suçant la chatte de Joséphine qui coulait déjà abondamment, déversant son jus dans la bouche de Margot et même à côté. Les trois femelles en chaleur transpiraient autant de la chaleur ambiante que de l’excitation qui les tenaillait. Joséphine poussait de petits cris, la tête rejetée en arrière, les yeux fermés, jusqu’à ce qu’elle pousse un feulement de tigresse et tomba sur le côté, secouée de tremblements et éjaculant un vrai jet d’eau discontinu. Margot la regardait jouir, le visage maculé du jus de la chatte qu’elle venait de branler avec sa langue. Même ses nibards luisaient, trempés de mouille.Marie retira sa main du vagin de margot dans un bruit de succion, ainsi que le gros gode de son trou du cul. Elle se dirigea ensuite vers un coin de la pièce, du côté où un drap devait recouvrir quelque meuble fragile. Elle appela les deux autres femmes qui quittèrent le canapé pour la rejoindre. Marie attendit qu’elles soient à côté d’elle et agrippa un coin du drap qu’elle retira d’un seul geste.-Voici la surprise Margot !!-Waouh !!! Mais c’est incroyable ! Je n’ai jamais rien vu de pareil.-Je m’en doute ma chérie. Et tu vas pouvoir l’essayer.-Tu rêves ???!!!! Tu as vu le … la … Ce n’est pas possible !!!-Mais si, mais siA suivre…

Kategoriler: Sex Hikayeleri

0 yorum

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir