Merhaba beddua.org erotik sex hikayeleri okuyucuları,derlediğimiz en büyük hikaye arşivini sizlerin beğenisine sunuyoruz.Neredeyse tüm google da bulabileceğiniz tüm hikayeleri bir arada..

La reine Margo – 5La forêt secrète(Première partie)Après m’être fait laver et habiller rapidement par mes bonnes puis coiffer les cheveux en chignon, je me mis à la recherche de la sorcière. J’étais curieuse de savoir ce qu’elle me voulait et aussi parce qu’elle me faisait envie, je la désirais ardemment. Cette femme-là m’attirait comme une armure attire la foudre. Elle était belle oui, même très belle, mais surtout mystérieuse, un peut étrange et dérangeante. Et puis, le concours de dessert ne m’avait mise qu’en appétit, car personne ne c’était occupé de moi. Vêtu seulement d’une robe écarlate des plus banale et très légère me chatouillant les chevilles et si décolletée que c’en était indécent, je la trouver finalement qui m’attendait patiemment sur un grand balcon comme me l’avais indiqué un garde. Un garde qui avait oser me dire que je faisais battre son cœur, car j’avais l’air d’une putain gitane ainsi vêtue de rouge avec mes cheveux noirs tout mouiller, ma peau de lait, mon corsage ouvert et mes pieds nus. Je m’étais contenté de lui tirer la langue en agitant les épaules pour faire s’entrechoquer mes gros seins sous son nez en riant comme une démone avant de poursuivre mon chemin en l’entendant crier : Reine Margo, tu es vraiment la reine des rondeurs, je te baiserai se soir a la fête et par tous les trous comme il se doit, comme la semaine dernière, tu en crieras de plaisir, encore et encore Margo la jolie et ta sœur avec… je t’aime ma reine… Tu es bien Margo, hum…ou Jeanne… ? Bordel, on s’y retrouve plus.On dut m’entendre rire jusqu’au village tandis que je me disais que ce serait bien pratique que ma sœur vienne vivre ici, au château maintenant qu’elle était veuve. Pratique et surtout, très agréable.Et là, j’étais bien décidé à amener Mara dans mon lit ou dans un coin tranquille, quelque part où l’on serait seul toutes les deux, si elle en ressentait le désir évidemment. C’est pour ça que j’avais laissé mon corsage délacer jusque sous mes seins et ceux-ci menaçait d’en jaillir a chaque pas en rebondissant et se frappant mollement. Fort agréable comme sensation et s’il y a quelque chose que j’aime, c’est bien d’essayer de séduire une autre femme, surtout une mystérieuse étrangère. Un homme c’est trop facile, je n’ai qu’as faire jaillir mes gros seins et il tombe à genoux, mais une femme, ça, c’est presque toujours un défie. Et, en me rappelant ses regards, appuyer sur mon corps nu la veille, je savais que mes chances étaient plutôt bonnes, même excellente. Donc, laver, parfumé et coiffer, mes meilleurs atours bien en évidence, mes seins, j’étais prête a attaquer ma proie, a lui faire oublier ses vieux livres poussiéreux en la faisant crier de plaisir. Je jubilais déjà à l’idée de me retrouver la tête entre ses longues cuisses à agiter la langue.Elle lisait un petit livre, jambes croisées en battant du pied, assis sur un banc de pierre à l’ombre d’un arbre en pot. Elle m’apparut encore plus belle que la veille, plus racée, plus gracieuse avec ses longs cheveux argentés en partit tressé cachant son beau visage blême, même si elle portait toujours cette étrange robe de moine cachant ces formes et qui devait être chaude par une si belle journée. Mais pour une femme d’environs 60 ans, elle portait drôlement bien son âge. Seules quelques rides au coin des yeux (des yeux d’un bleu clair incroyable,) et sur sa gorge la trahissaient. Ses longs doigts fins et délicats tournaient les pages du livre avec grâce. « La divine comédie de Dante, vis-je » Tien dont.Je pris un instant pour admirer l’autre vue, tout aussi superbe, celle donnant sur les collines boisées des environs et la citée tout en bas. Avec le soleil qui se reflétait sur la rivière qui longeait le château et qui serpentait entre les cartier de la ville en s’éparpillant en de nombreux canaux creusés au fil des siècles, c’en était magique, à couper le souffle. Pas étonnant qu’elle soit venue m’attendre ici avec cette vue, mais, après la fraîcheur du château, la chaleur humide et écrasante m’étourdit. Le soleil me tapait sur la tête même si mes cheveux étaient encore mouillés et la pierre me brûlait presque les pieds. En m’entendant approcher, elle me regarda puis regarda mes pieds nus en souriant tout en rangeant son petit livre dans son sac de voyage qui avait connu des jours meilleurs. Tous les chasseurs de faisant et de canard avait le même. Je ressentis un désir violent pour cette femme mystérieuse, étrange, mais si belle.-J’adore rester pieds nus, une habitude de paysanne. Expliquai-je en me penchant exagérément en soulevant ma robe aux genoux pour regarder mes pieds et lui offrir ainsi une vue imprenable dans mon décolleté faramineux. Mes seins faillirent lui bondir sous le nez d’ailleurs.-Ça, c’est plutôt parce que vous êtes probablement une sorcière vous aussi reine Margo. On est toute comme ça, on aime être en contact avec la terre, la pierre et l’eau, dit-elle en délassant ses sandales pour les enlever et les fourrés dans son sac en recroisant ses longues jambes. Je ne savais pas que vous aviez une jumelle.Même pas un regard sur mes seins comme hier. Elle me fixait droit dans les yeux, j’en fus déçu, mais nullement décourager. Et ses yeux bleus me tournaient la tête, ils avaient quelque chose d’envoûtant. Puis, tout à coup je songer a un endroit super pour être seul avec elle et l’un des chemins qui y menait partait d’ici justement, de ce balcon.-On ne l’est pas, répondis-je en me redressant, laissant retomber ma robe, 3 ans nous séparent, mais c’est tout comme. Venez, on va être mieux dans la forêt pour discuter.-La forêt, là-bas, c’est beaucoup trop loin juste pour ce que j’ai vous dire, même s’il est vrai qu’il doit faire plus frais sous les arbres, surtout au bord de la rivière.-Pas cette forêt, l’autre forêt, la-haut. Elle me regarda intriguer, car j’indiquais du pouce les toits qui nous surplombais. Venez, il fait plus frais aussi.-Là-haut ! Elle regardait les toits incrédules une main au-dessus de ces yeux bleus ciel, plus attirante que jamais.-Hum, hum…-En tout cas, dit-elle rieuse en se levant tout en se massant les reins, on ne m’avait pas menti non plus en me disant que vous étiez très, libertine. Ce que j’ai vu tout à l’heure c’était… bref, je ne suis pas près de l’oublier. Trois femmes avec d’énormes mamelles arrosant de lait maternel deux jeunes filles se vautrant dans de la nourriture sur une table, sacré tableau.-C’était juste un concours de pâtisserie qui… eh… a mal tourner, disons. Suivez-moi !Je l’entendis rire en prenant un petit passage au bout du balcon, difficile à trouver, car cacher derrière de nombreuses plantes en pot. Il menait à un escalier extérieur en colimaçon aux marches de pierre arrondie par l’usure remplie de feuilles mortes et de mousse si douce et si fraîche sous les pieds, car encore tout imbibé d’eau de pluie. On grimpa pour déboucher sur une petite terrasse, sale, remplie de feuilles mortes et de branchage ou venait mourir un petit ruisseau inattendu dans un tel endroit sortant d’un étroit couloir en palier, menant encore plus haut entre les toits. Des dizaines de corbeaux bien gras en train de s’y abreuver s’envolèrent à notre arrivée en croassant méchamment, mécontent apparemment d’être ainsi dérangé, pour aller se poser plus loin sur les toits ou nous survoler.L’eau vive disparaissait à travers une vieille grille toute rouillée au milieu de la terrasse. Comme des débris amener par l’orage de cette nuit menaçait de l’obstruer je la dégager du mieux que je pus avec les mains, plier en deux, jambes écarter. Tant qu’à se pencher quand on veut séduire, pourquoi le faire à moitié ? Un de mes seins en profita pour prendre l’air comme je l’espérais. Ça me fit sourire en imaginant Mara se rincer l’œil, mais en levant les yeux, je vis qu’elle observai
t plutôt les hauts toits qui nous entourait, ceux du château et ceux des différentes annexes rajouter au fil du temps et les anciennes tours de garde abandonnées depuis plus d’un siècle qui s’élevait très haut sur un fond de ciel bleu sans nuages.-Ce ne sera pas longue Mara, dit-je pour attirer son attention.Mais elle admirait à présent l’entrée du couloir juste en face de nous, car il était gardé par deux énormes griffons couverts de fiente d’oiseaux et user par les intempéries. En les regardant moi aussi, je souris me rappelant la première fois que j’étais venu ici enfants, car ils m’avaient tant effrayé.-Voilà, dis-je en me lavant les mains dans l’eau du ruisseau, si pencher maintenant que mon autre sein jaillit en se balançant mollement heurtant son jumeaux.Quand je me redresser, elle regardait finalement ma poitrine affaler sur ma robe, le sourire aux lèvres et les yeux luisant. Je soulever mes seins pour les remettre dans mon corsage mine de rien en prenant mon temps histoire de l’allécher un peut plus. Puis je me taper la poitrine en riant et dit :-Voila.-Ça doit être lourd a porté des seins pareils ?-Oui, j’ai mal dans le dos parfois, mais bon, la nature nous as ainsi faite moi et Jeanne. Pardonne-moi Mara, mais pourquoi portes-tu cette robe si laide et sûrement trop chaude par une si belle journée ?-Elle est bien pratique pour une femme seule et encore jolie qui voyage. Elle cache bien ce qu’il y a à cacher même à mon âge. Inutile de tenter le diable et ce serait mal avisé de ma part de m’habiller de manière aussi impudique que la belle reine Margo, bien en sécurité dans sa forteresse solidement garder, pour me balader en forêt poitrine au vent.Je ris un moment avant de rajouter :-Moi impudique, peut être un peut, je l’avoue. Je demanderai à mes bonnes de vous dénicher quelque chose de plus léger.-Non merci, je suis habitué a celle-là et a mon âge, la chaleur est moins pénible a supporté.-Bon, suivez-moi.Je passé devant elle puis entre les statues de pierre pour grimper l’allée en marchant dans le ruisseau au débit assez rapide. L’eau tiède me rafraîchit quelque peut en me chatouillant les chevilles tandis que je soulevais ma robe jusqu’aux cuisses pour ne pas qu’elle traîne dans l’eau, mais surtout lui montrer mes beaux mollets. En tournant la tête je vis que Mara me suivait en tenant la sienne relevée, mais pas si haut que moi et qu’elle souriait appréciant canlı bahis sans doute la vue. J’aime tellement m’exhiber que je dus me retenir pour ne pas lui montrer mon beau derrière, tant qu’à faire. Mais, inutile de brusquer les choses. -Ce château semble si grand, dit-elle.-Vous avez pas idée Mara. Il a été agrandi sans cesse au fil des ans, c’était un vrai labyrinthe, on peut s’y perdre facilement et cela arrive souvent. Des invités curieux se perdre et on doit les chercher en hurlant leurs noms, quant on les connaît. C’est tours là-bas et quelques annexes ont été fermées et ici, sur les toits, j’ai découvert un jour, un squelette humain. Celui d’un pauvre bougre ou d’une femme enchaîner a un mur et sans doute abandonner la. Une oubliette à ciel ouvert en quelque sorte. On l’a inhumé dans le cimetière du village.-Et de ou vient toutes cette eau Margo, de l’orage de cette nuit ? -Oui ! Au centre du château, sur le toit où on va présentement il y a une grande bassine, vraiment énorme, construite il y a plus de 200 ans et conçut pour ramasser l’eau de pluie justement. Au fond, un tuyau amenait cette eau a une citerne gigantesque au sou-sol, creuser a même le roc. Un travail titanesque. Cela faisait une bonne réserve d’eau en cas de siège. Mais elle ne sert plus depuis longtemps et le tuyau est en partit obstruer par des débris amener par les vents. Donc, on a un lac permanent sur le toit et il déborde quand il y a de fortes pluies. Avant que je ne découvre cet endroit après mon mariage, car j’adorais explorer tout le château, je n’avais que 14 ans à l’époque, personne ne se souvenait de cette bassine sur le toit. On l’avait complètement oublié. Une autre avait été construite plus bas, dans la cour arrière. Et j’ai été émerveillé de découvrir un magnifique petit lac caché par les nombreux toits et les tours, mais aussi de découvrir également une magnifique petite forêt l’entourant. Une forêt secrète.-Une forêt, mais comment est-ce possible ?-Comme il y a beaucoup de chêne, d’être et de bouleau dans la forêt environnante, avec le temps le vent à apporter énormément de feuilles en automne qui se sont accumulé. Elles sont restées emprisonnées sur une immense terrasse tout autour de la bassine pour finir par faire du compost en pourrissant. Le vent et les oiseaux qui défèquent surent les toits à aussi amener des graines alors…-De la terre, de l’eau, donc des arbres. Fit-elle songeuse.-Des canards et de nombreux oiseaux profite de ce lieu paisible, bien a l’abri ici des prédateurs. Ma forêt a moi quand j’étais jeune. Je n’y amenais que ma sœur. C’était notre petit secret, l’endroit où l’on se réfugiait, pour parler des garçons et… pour pouvoir se mettre nues et profiter du soleil et se baigner, sans être importunées.-Oh, je vois, Malheureusement je n’ai pas eu la chance d’avoir une sœur. Quand on sortit de l’allée, un spectacle magnifique s’offrit à nous, la forêt. Je stopper pour lui laisser le temps de regarder, les pieds toujours dans le ruisseau.-Mon dieu s’exclama t-elle, planté à côté de moi, en découvrant cette forêt touffue enclaver entre les toits : de grands chênes centenaires, des hêtres, des aulnes, des bouleaux et même des sapins et des bouquets d’arbuste.L’espace était immense, encercler de hauts murs de pierre recouverts de mousse et de vigne sauvage. Comme le château était construit sur la plus haute colline des environs, cette forêt restait invisible, cacher par les toits.-C’est incroyable, dit-elle émerveillé. Vous n’avez pas peur que le toit ne s’écroule ?-D’après nos ingénieurs, qui ont juré le secret, comme tout est en pierre, et qu’on bâtissait solide à l’époque, ils pensent que le toit pourrait soutenir une forêt 10 fois plus grande. Mais deux fois par année, ils inspectent les toits à la loupe. Et tout ça cache un grand bassin rempli de plante aquatique, perdu, au centre de ce lieu magique. Voilà mon petit jardin secret qui n’est plus vraiment secret, Mara la sorcière.-Petit, mais c’est immense, vraiment surprenant, et magnifique.-Oui, j’y et fait aménager un sentier qui mène au bassin, des bancs ici et la, une table et il y une grande serre plus loin tout au fond ou je fais pousser des plantes aromatiques. Elle aussi avait été oubliée tout comme la bassine. J’y ai même un lit dans la serre, j’adore y venir quand il pleut, en automne surtout et y dormir l’après-midi au son de la pluie. Quand je suis ici, tout le monde sait que je ne veux pas être dérangé. Venez, il y a un banc à l’ombre près de l’étang.Le gargouillis incessant d’oiseaux invisibles sous les branches nous accompagna quand on entra dans les bois en suivant le ruisseau un instant pour ensuite prendre un étroit sentier de terre jusqu’à un banc de bois installer sous un chêne, a l’ombre devant l’étang. On s’y assit pour admirer un moment le lac encerclé par la forêt, recouvert de nénuphar et rempli de roseaux et de quenouilles de l’autre côté, on entendait même des grenouilles et des carpeaux.-Mais comment ces grenouilles se sont-elles ramassées dans cet étang ?-J’imagine que des corbeaux les ont att****r en bas et amener ici pour les déguster, mais que quelques-unes ont dû réussir a fuir. Elle pullule maintenant et le soir, elle donne un sacré concert.-C’est un endroit reposant, apaisant.-Alors, qu’aviez-vous de si urgent a me dire Mara ? Lui demandai-je en croisant les jambes tout en relevant ma jupe jusqu’aux cuisses encore une fois, histoire de me les faire dorer un peut, mettons. Un peut plus et je
lui montrais ma toison noire. Cette fois, je la vie loucher vers mes cuisses et je vis également que ses mamelons commençaient a pointé. « Ça, c’est bon signe » me dis-je toute heureuse.-J’ai reçu une missive d’une de mes élèves par messager ce matin, le Pèlerin c’est rendu a Nantes hier et… Le Pape y était pour une grande réunion. Je ne sais pas comment il a fait son compte, mais.. Il a réussi à s’introduire dans sa chambre à la faveur de la nuit sous le nez de sa garde personnel et il lui a tranché la tête.-Quoi ?J’avais presque crié tellement la nouvelle était surprenante. En entendait même plus un seul crapaud.-Et oui, il c’est vengé. Il a même réussi à repartir sans qu’on le voie et à retourner chez moi tranquillement. On a découvert le corps qu’au matin apparemment. Personne n’aurait su qui avait commis ce geste, mais cet idiot à graver sa marque personnelle sur le front de la tête tranchée ; une croix inversée. La même que le pape lui a gravée dans le dos au fer rouge après les méfaits dont il s’était rendu coupable en Palestine. Le peuple l’applaudit a ce qu’on dit, ce Pape était détesté par tous, mais ça tête est mise a prix maintenant par le Vatican, pas celle du Pape évidemment. S’il vient ici et que vous le protégez et qu’ils l’apprennent…Je rester sans voix un instant tandis que le concert de grenouilles repartait tout doucement.-Une armé chrétienne vas venir frapper a ma porte. Dis-je sombrement en l’imaginant trop bien.-Hum !-Je dois réfléchir a cela. Ça fait longtemps qu’ils cherchent une bonne excuse ces maudits prêtres pour venir envahir ce royaume de païens comme il le nomme et pour mettre un homme à eux sur le trône. Comme on a fermé la porte au Christianisme, il me déteste personnellement. Ça n’empêche pas certains cardinaux et certains archevêques de venir dans nos bordels et même assister au carnaval. Même que le Pape y venait, masquer évidemment. C’est d’ailleurs pour ça à mon avis qu’ils étaient en réunion tout près d’ici. Il se préparait à venir assister au carnaval.-Voulez vous que je dise au Pèlerin de ne pas venir ?-Je ne sais pas encore. Mais vous, il ne vous attirera pas des ennuis ?-Non, je vis recluse avec mes élèves au fond des bois et personne, à part vous, ne sait qu’il est chez moi.-Comment l’avez-vous rencontré ?Mara sourit en fixant l’étang, plongée dans ces souvenirs. Je me pencher pour retirer des brins d’herbe entre mes orteils encore mouillés, écrasant ma poitrine sur mes cuisses. Quand je me redresser je vis que mes mamelons se montraient le bout du nez et gonfler eux aussi et ça me fit frissonner. Je me sentais si bien a être la avec elle au soleil, malgré les mauvaises nouvelles.-Il était au village le plus proche de chez moi et cherchait un guérisseur, il m’a vue acheter certaines plantes médicinales, comme il est très cultivé il a deviné ce que j’étais. Il était très faible et couvert de blessures mal soignées quand il a frappé à ma porte. Je dois avouer qu’il est plutôt d’agréable compagnie pour un guerrier, même surprenant à bien des égards. Son érudition surtout. Pas étonnant que vous soyez tombée amoureuse d’un homme comme lui raine Margo. Bon, je ne sais rien d’autre pour le moment. Si j’ai d’autres nouvelles, je vous tiendrai au courant.-Merci Mara !Un autre regard furtif sur mes cuisses si blanches et même à mes seins. L’affaire était dans le sac. J’allais me rapprocher pour lui voler un baiser, certaine maintenant qu’elle ne demandait pas mieux, mais…-Bon, je vais retourner à mes travaux. Dit-elle en commençant a se lever en tenant son sac.Pas croyable, moi qui croyait l’avoir bien appâter. Un peu paniquer, je la prit par le bras pour qu’elle se rassoie.-Vous êtes si pressé de retourner dans cette bibliothèque sombre et poussiéreuse ?Elle me sourit étrangement comme si c’était elle qui venait de capturer sa proie. Pourquoi j’avais l’étrange impression tout à coup d’être la petite souris et elle le vilain gros chat ? Elle me fixait et ses yeux bleus mystérieux semblaient voir au travers de ma tête. Un frisson glacé me parcourut l’échine malgré la chaleur et je sentis des tiraillements dans mon ventre en nous imaginant baiser. Et la, un moustique me piqua a la cuisse, me ramenant a la réalité, je le chasser en grimaçant et me gratter.-J’avoue que non, prendre l’air me fait du bien et la vue est fort jolie. Répondit-elle.Elle me regardait me gratter comme si j’étais une pucelle maladroite essayant de séduire une reine. Mais c’était moi la reine pourtant.-Et vos recherches, et le Rat, il vous laisse tranquille ? Demandai-je de plus en plus troubler en chassant un autre moustique, puis ramenant une longue mèche de cheveux derrière mon oreille.-Celui la, oh oui, je le terrorise, il se bahis siteleri contente de se masturber en m’observant de loin en pensant que je ne le vois pas. Par contre il est très efficace pour me trouver les textes que je recherche.-Et, c’est quoi ?-Des recherches que le Pèlerin m’a demandées sur sa fameuse épée en même temps que mes propres recherches sur les plantes médicinales.-Ce sabre oriental qui aurait appartenu a un héros légendaire aux yeux brider il y a près de 2000 ans. Des balivernes tout ça ! Personne ne connaissant le moyen à l’époque de forger une arme comme la sienne. Ce sabre tranche vraiment le métal par contre, je l’ai vue de mes propres yeux. Il l’a toujours, après toutes ces années d’emprisonnement ?-Ainsi que son armure noire si étrange qui ne reflète pas la lumière du soleil. Sa sœur avait récupéré ses biens, une sorcière aussi m’as t’il dit.-Oui, en quelque sorte, une femme remarquable. Il est pas croyable ce gars, décapiter le Pape, personne d’autre n’aurait pu le faire. Est-il… Toujours aussi beau ou marqué par la torture et ses années emprisonnement ? Maudit moustique, dis-je en écrasant un gros dans mon décolleté ou il disparue, mais mort heureusement, laissant une minuscule trace sanglante sur ma peau de lait. Finalement je rabaisser ma jupe et remonter mon corsage. Maudites mouches !-Bien, fit-elle songeuse, si on aime le genre qui dit deux mots par saison, qui se contente de sourire une fois par mois, et un homme couvert de cicatrice, oui, il est beau, dans son genre.Je rester un moment silencieuse en repensant a tout ça, mais je décider que pour le moment, j’avais besoin de me changer les idées et avec la belle sorcière, qui elle, n’était nullement importunée par ses damnés moustiques. Qui ne tente rien n’a rien et puis je vis que ses mamelons pointaient beaucoup plus maintenant. Soit elle était timide, soit les femmes ne lui disaient rien. Pourtant j’étais bien convaincu que oui à voir comment elle me regardait. Une femme étrange qui préférait peut-être que les autres prennent les devants, alors, elle n’allait pas être déçu. Je décider donc de prendre le taureau par les cornes malgré ses maudits moustiques.-Il fait chaud non ! Dis-je en me levant pour délasser mon corsage complètement, sortir les bras des manches de ma robe et la baisser en me tortillant joliment pour la faire passé mes hanches, puis me pliant en deux pour en sortir les pieds la laissant sur le sol. Une fois nue, je la regarder m’admirer en disant : Une bonne baignade, ça vous dit ?Elle plissa les yeux en regardant mon corps comme le ferait un homme, avec en plus, un étrange sourire au coin des lèvres. Mon cœur cognait en entendant une réponse et en chassant des mouches.-C’est vrai qu’il fait chaud tout à coup, admit-elle en agitant une main devant son visage. Je voyais bien dans ces yeux qu’elle aimait ce qu’elle voyait. Mais les moustiques vont se régaler reine Margo.-Pas dans l’eau. Déshabillez-vous et venez me rejoindre au plus vite, sorcière, ça va nous rafraîchir.J’entrai dans l’étang jusqu’à avoir de l’eau aux cuisses en marchant dans de la vase si douce sous les pieds et plongé à travers les
nénuphars en faisant sauter des dizaines de grenouilles affoler. J’agitai les jambes pour me propulser en avant en sentant l’eau chaude caresser mon corps pour en sortir au centre du bassin ou je pouvais me tenir debout sur le fond vaseux avec de l’eau jusqu’au pubis. Je défis mon chignon et lissé mes cheveux en arrière en la regardant se dénuder, enfin. Quand elle eu enlever sa robe de moine pour la jeter sur le banc avec son sac, j’aperçus un long corps filiforme aux côtes saillantes, mais d’une perfection sans égal ; un corps de déesse avec de beaux seins un peu pendant à cause de son âge, mais plus lourd que je l’imaginait, une belle toison grise et de longues jambes musclées par de la marche. Dans sa jeunesse, elle devait rendre les hommes fous et les femmes comme moi également. Elle portait au bras de magnifiques tatouages runiques noirs qui se démarquaient sur sa peau aussi blanche que la mienne. Elle me faisait un peu penser au mercenaire femelle viking que j’engageais à l’occasion.Elle entra dans l’étang en se déhanchant comme une déesse et plongea pour venir me rejoindre et émergea à mes côtés en lissant elle aussi sa longue chevelure grise en arrière. Je pus admirer ses seins de plus près, ses mamelons avaient de toutes petites auréoles, mais de grosses tétines gonflées et sa peau d’une blancheur de sépulcre se couvrait d’une belle chair de poule.-C’est vrai que cela rafraîchit, dit-elle en se pinçant le nez avant de se frotter les yeux. Ça fait du bien par cette chaleur.-Tu es vraiment superbe Mara.-Oui, pas mal conserver pour mon âge, je l’avoue.-Il y a de la sorcellerie le dedans ?-Mais oui voyons, fit-elle rieuse, mais sur les hanches.-Je suis en congé aujourd’hui, veux-tu visiter la ville ou tu la connais déjà ?-C’est ma première visite, alors oui, je veux bien. Une reine peut prendre des congés ? Demanda t-elle amusé.-C’est l’avantage d’avoir une sœur qui vous ressemble comme une vraie jumelle.-Je vois. Il fait si beau que je n’ai point envie de rester enfermé dans cette bibliothèque avec l’autre qui se masturbe sans arrêt. Je devrais peut-être le laisser me monter une fois et je serais tranquille.-Ce serait pire, croît moi. Comme je te disais, c’est un sacré vicieux, mais à toi de voir. Alors, dis-je en me laissant flotter sur le dos, pourquoi te dit tu sorcière ? Tu sais comme moi que ça n’existe pas et, qu’en plus, les Chrétien n’aiment pas tellement les sorcières. Tu dois savoir ce qu’ils leur font ces idiots parfois.-Je déteste ces bâtards, enfin pas les vrais croyants, les gens du peuple, mais ceux qui dirige cette église. En fait on m’a toujours appelé la sorcière à cause de mes cheveux argenter, je suis né avec et parce que je n’ai jamais voulu me marier. J’ai toujours préféré vivre loin du village et faire des voyages pour étudier. J’ai une grande facilité à apprendre les langues étrangères, même les langues mortes comme le Grec ancien, le latin et d’autres. Alors, quand je veux faire peur aux gens, il me suffit de prendre un air menaçant, de les ponter du doigt et de parler dans une langue qu’ils n’ont jamais entendue comme si je leur jetais un sort. Cela m’a sauvé du viol nombre de fois. En faite, je soigne les gens avec différente herbe médicinale en autre ou leur dit simplement qu’ils vont guérir en leur prenant les mains et étrangement, très souvent ça marche.-Les marginaux, dis-je en me remettant sur mes pieds, font toujours peur aux gens. -Hum ! Et j’ai de jeunes élèves qui sont comme moi avides de connaissance et du désir d’aider les autres.-Et elle partage ta couche, en plus de mon ancien amant ?-Vous voilà bien indiscrète reine Margo. Je me demandais si… fit-elle en regardant ma grosse poitrine.-Si ? dis-je amuser en me les caressant, pinçant délicatement mes mamelons gonfler.-Si vous me laissiez goûter à votre lait, car je n’ai jamais eu ce plaisir. On dit que c’est très sucré au goût.-Les vôtres n’en ont jamais donné ?-Non !-Je n’ai jamais enfanté, mais j’allaitais ma nièce quand elle était jeune et depuis ce temps il en fournisse à volonté.Je pris mon sein droit à deux mains et le presser, le lait blanc jaillit aussitôt. Je lui pris la nuque pour amener sa bouche à mon mamelon. Elle se mit aussitôt à téter par réflexe en posant une main juste au-dessus de mon pubis, l’autre au creux de mes reins. Ça m’alluma complètement, mon sexe pulsa sous l’eau tiède. Ses lèvres et sa langue me procuraient de douces sensations ainsi que ses cheveux mouillés qui me chatouillaient le sein. De gros frissons me parcourent le corps aussitôt. Je ne pus m’empêche de lâcher sa nuque pour palper l’un de ses seins pendants, lourds et si doux en sentant son gros mamelon durcit contre ma paume tout en admirant ses fesses à fleur d’eau. De jolies petites fesses toutes blanches et un peu plates. Un gros moustique s’y posa allant la piquer. Je lâcher son sein pour lui taper la fesse, plus fort que prévu, en écrasant la bestiole qui y laissa une vilaine tache rouge. Elle sursauta et le bougre, resta coller a ma main. Elle se redressa, les lèvres et le menton tacher de mon lait et se frotta la fesse en finissant d’avaler.-Désoler, dis-je tout sourire en lui montrant ma main avant de me la laver, c’est le défaut des étangs, les moustiques.Elle sourit aussi en s’essuyant la bouche avec son bras avant de se laver la fesse.-Alors, mon lait ?-Délicieux, effectivement. Et mes seins ?-Oh, très doux et chaud. Outch ! Lâchai-je en me tapant le bras. Un autre satané moustique. Allons dans la serre, là-bas il n’y en a pas, je ne sais pas pourquoi.-Comme ça, toute nue ? Demanda-elle en me regardant me faufiler entre les roseaux vers la rive opposer.-Timide, la vilaine sorcière ?-Plus à mon âge.-Ce balader nue en forêt c’est fantastique, on se sent si libre. Malheureusement, comme tu le sais, c’est difficile pour une femme de pouvoir le faire sans être importuner, mais ici… on a la paix. J’ai interdit cette place aux hommes. C’est en quelque sorte un sanctuaire pour femmes… ouvertes d’esprit.-Je vois… Autrement dit, en me baladant nue, ce n’est pas par un homme que je risque de me faire importuner.-Ça non ! Affirmai-je tout sourire en écartant de longs roseaux et des quenouilles qui me chatouillait pour me frayer un passage.-Mais par de gros moustiques, oui. Dit-elle enjoué en me suivant.Je ris avant de crier, les yeux tout ronds de surprise, car je venais de me prendre un pied dans une branche morte immerger pour perdre l’équilibre et m’affaler tout du long dans un grand splach retentissant. Comme ce n’était guère profond si près du bord, mon visage, mes mains et mes seins s’enfoncèrent dans la vase. Elle riait comme une folle quand je sortis la tête de l’eau et m’aida à me relever en m’enlevant des feuilles pourries des cheveux et de petites algues sur le corps tandis que je crachais de l’eau boueuse en m’essuyant les yeux et le visage. Mes grosses boules dégoulinaient de boue liquide, ce qui me chatouillait.-Ça, c’est trop drôle, dit-elle en riant toujours, j’ai jamais vu une reine trébucher comme ça. En tout cas, vos bahis şirketleri gros seins couverts de vase sont bien protégés des moustiques maintenant et la face royale avec.-A oui, alors, il faut protéger vos fesses aussi, dit-je tout sourire en la poussant par les épaules, elle cria en basculant sur le dos.J’allais en rire, mais, malheureusement, en tombant elle leva une de ses grandes jambes pour essayer de garder son équilibre et sans le vouloir me donna un solide coup de pied en plein sur le sexe, ce qui me fit me plier en deux pour m’agripper la fente a deux mains, le souffle couper tandis qu’elle disparaissait sous l’eau. -Outch… ma noune, fis-je, les mains entre les cuisses en grimaçant de douleur pendant qu’elle se démenait pour se relever.Je me hâter de rejoindre la rive, marchant cuisses écarter tout en me frottant la vulve qui m’élançait en sen
tant mes pieds glisser dans la vase bien plus profonde par ici. Une fois au bord, je dus m’accrocher à une branche de saule pour pouvoir grimper sur la berge, au sec. Puis, je la regarder se relever en crachant de l’eau, les cheveux coller au visage, les mains et les fesses couvertes de vase liquide. Elle me pointa alors du doigt en parlant dans une langue étrange tout en s’approchant. Je dois avouer que cela fit son petit effet. Je me regarder et me palper les bras et les seins avant de dire en me reprenant le sexe qui m’élançait :-Je devais me transformer en quoi, sorcière ?-En vieux bouc puant, répondit-elle en me tendant la main une fois près de moi.-Un fantasme, dis-je en la tirant, mais c’est elle qui me tira avec force, me surprenant en déséquilibre et je plonger vers l’avant sur elle en criant et on retomba a l’eau l’une sur l’autre en riant comme des folles. Mais, si près du bord, il y avait plus de boue que d’eau. Où se retrouva donc à patauger dans la vase noire et glissante en se tortillant l’une contre l’autre ? Je tentai de me relever, mais elle me fit retomber en m’agrippant par les hanches et je lui rendis l’appareil en lui donnant un solide coup d’épaule ou des poussées sur les fesses. On se mit alors à lutter en se chatouillant, en riant et criant comme des gamines. On fit peur à quelques canards qui s’envolèrent pour aller se poser plus loin. C’était très agréable de se rouler dans la boue comme ça, j’en profiter donc pour la tripoter tout partout, elle aussi d’ailleurs. On s’amusait vraiment comme des enfants toutes les deux, mais en se pelotant à qui mieux mieux. Me retrouvant par dessus elle a quatre pattes, je lui pris le visage pour lui frotter contre mes seins, elle me repoussa facilement avec ses longs bras, m’écrasant la poitrine. Mais, a notre âge, le combat improviser ne dura pas longtemps, bien vite, on roula sur le dos toutes les deux, côte à côte a fixé le ciel en peinant a reprendre notre souffle. Il n’y avait que nos visages, nos seins et nos genoux qui sortaient de l’eau boueuse.-Je ne m’était pas amuser comme ça depuis longtemps Margo. Dit-elle a bout de souffle.-Moi non plus. Seigneur !J’eus toutes les peines du monde a m’asseoir, elle aussi d’ailleurs, je dus même l’aider. On faisait peine a voir, couverte de boue, de feuilles et de brindilles pourries, les cheveux coller au visage. -Pouash, ça put la mort, fi-je en m’essuyant les yeux. Vas falloir retourner nager pour ce décrotteur.-Pourquoi ? Dit-elle en se relevant difficilement en s’appuyant sur mon épaule, car ses pieds glissaient comme sur un lac geler en hiver, puis elle réussit a atteindre le bord pour sortir de l’étang en s’accrochant a une branche a son tour en posant une jambe sur la rive pencher vers l’avant, avant de se donner un élan pour y grimper, se qui ne donna une belle vue sur son sexe et son petit trou noir de boue.-Pourquoi ? Parce qu’on est aussi sale que des charbonniers sorcière. -La boue protège des moustiques justement reine des grenouilles et elle est bonne pour la peau aussi, mais on fait peur à voir, je l’avoue.-Moi, dis-je en essayant de me relever, mais je retomber a quatre pattes et dut avancer comme ça, tant pis pour l’égo, je te trouve plutôt mignonne comme ça. Tu me donnes la main ?Elle se retourna en riant et dit :-Tu me prends pour qui, l’un de tes jolis bons écervelés ? Débrouille-toi toute seule, méchante fille. Et je t’ai menti pour le sort. En fait, tu vas te réveiller demain matin à mon âge avec les seins aux genoux et de l’arthrite. Ça va te plaire.-Bon, je ferai avec, dis-je en soufflant comme une forge regrettant mes 20 ans tout en me disant que cette femme la n’était pas facile a baisé.-Joli tableau, fit-elle moqueuse.Je fini par m’accrocher a de l’herbe au bord de l’étant pour y poser une jambe et finalement réussir a y rouler sur le dos, de l’herbe jaunie au soleil.-Au moins, il y a pas de sangsues ici, enfin, je crois pas Mara.Nous v’là a nous regarder partout, au cas ou, moi toujours sur le dos et elle debout, mais pas de vilaines bestioles en train de se gorgé de notre sang. Ouf ! Mais on était belle à voir ; la boue liquide s’écoulait sur nos corps et comme elle était presque noire et que toutes les deux nous étions blanches comme du lait, le contraste était plutôt mignon, surtout avec nos dents et nos yeux. Mon sexe m’élançait toujours alors je me le frotter encore en soupirant, cuisses écarter, genoux en l’air, comme si je me préparais a accouché.-Si on nous voyait, dit-elle en regardant vers la forêt un moment avant de me reluquer, en nous prendrait serment pour des démons femelles engendrer par l’étang et… T’a envie de pipi ou tu vas avoir un orgasme ? Te gêne pas pour moi dans les deux cas.-Tu ma donner un coup de pied en tombant, juste sur la fente. T’es guérisseuse, tu disais ?Elle rit franchement avant de dire :-Oui, mais je ne vois qu’un remède a ton mal ; un bon coup de langue. Mais pas couverte de boue comme ça. Oh que non ! Mais moi par contre j’ai envie.Elle rit de nouveau en allant s’accroupir devant un buisson et je lui fis la grimace tandis qu’elle commençait à pisser dru en me regardant tenant ses grande lèves vaginal ouverte du bout des doigts.-Tant pis, fi-je en peinant a me mettre debout. Je la regarder pisser un moment et dit : Bon, suis-moi quand tu auras terminé.Je filer en marchant un peut écarteler ce qui la fit bien rire quand elle me rejoint pour entrer sous les arbres et soudain, elle me tapa si fort une fesse que j’en sursauter en criant.-Un moustique, dit-elle en riant très fort, un gros, vraiment gros, reine des moustiques.-Un gros mon œil, dis-je en me frottant la fesse qui me brûlait. Je me retourner et je lui donner une solide claque sur le côté de son sein droit, qui heurta le gauche méchamment, avant de se balancer tous les deux.-Oups ! Un gros moustique Mara. Dis-je tout sourire.-Outch ! Fit-elle en se les prenant et se les malaxant y étalant la boue qui les recouvrait. Ça, c’est pas bien, des seins c’est plus sensible que des fesses.-Tien don, depuis quand ? -Depuis maintenant.On resta comme ça un moment a se frotter nos partit endolorie avant d’éclater de rire a nouveau comme des idiotes. Décidément, on s’amusait bien et puis… c’était excitant.-Allons a t’as maudite serre, fit-elle en lâchant ses seins, je suis trop vieille pour ces petits jeux de boniche.-Vos désirs son des ordres reine des sorcières, mais marche loin derrière moi.-J’ai peur de me perdre et j’ai soif. Cette chaleur m’étourdit. Tu n’aurais pas quelque chose à boire ?-Oui, j’en ai même deux gros contenants, mais ils sont couverts de vase. Tu en veux pareil ?-Je peux attendre un peut. Quand on reviendra à l’étang se nettoyer.-Bien, une fois propre si tu veux que j’étanche ta soif tu vas devoir soigner mon sexe.On rit encore en se faufilant jusqu’à un autre sentier fait de grosses pierres plates qu’on suivit harceler pour de vrai cette fois pas les moustique et le corps chatouilles par les arbres et les hautes herbes qui nous frôlait. Comme on devait se pencher a l’occasion pour passer sous de grosses branches j’entendis : -J’adore la vu que j’ai devant moi Margo. Le petit trou et le con entourer de joli poil noir d’une reine et ses fesses tacher de boue. Je ne m’attendais pas à un aussi joli spectacle en venant ici, sans parler de tout ce que j’ai pu voir jusqu’à maintenant.-Alors profite ans, regarde de plus près si tu veux.Je n’entendis que son rire qui se mélangeait au chant des oiseaux. Décidément j’aimais bien cette pseudo sorcière, drôle et intelligente et plus que désirable en plus et qui semblait apprécier les femmes tout autant que moi finalement.Mara perdait son sourire dès que Margo lui tournait le dos. Elle était toujours déchirée entre son désir de la tuer et celui de la baiser malgré ses belles résolutions d’attendre un peu. Elle se voyait même l’étrangler parfois et
a d’autre la caresser et la faire jouir a répétition. Elle avait même pensé à la noyer dans la boue tout à l’heure, mais son désir pour elle l’en avait empêché. Pourtant, jamais elle n’avait hésité à tuer qui que ce soit, jusqu’à maintenant. Elle fixait le joli cul tout sale qui se balançait merveilleusement devant elle en se rongeant un ongle et se caressant le pubis en songeant au guerrier que ces filles adoptives,( qu’elle avait enlevé au berceau,) devait baiser à qui mieux mieux en entendant son retour comme elle leur avait ordonner. Elles se croyaient vraiment ses filles et lui obéissait toujours sans rechigner, enfin presque. Puis Mara sourit méchamment en repensant à la réponse qu’elle avait donnée au messager ce matin : Elles avaient ordonné à sa plus vieille de préparer une certaine drogue à base de plante qui endormait l’esprit et d’en mettre dans le vin du guerrier. Mara ne voulait pas le perdre et qu’il ne parte plus de chez elle pour aller tuer qui que ce soit. Jamais elle n’aurait cru qu’un homme qui a une dizaine de belles jeunes files à sa portée, assouvissant tous ses vices, puisse les quitter pour aller décapiter un Pape et sans se faire prendre en plus. Cet homme la était vraiment hors du commun,« comme moi » ce dit-elle. Il ne mérite pas cette damnée reine frivole qui ne pense qu’à baiser et s’amuser.Un petit orgasme la ramena à la réalité. Elle sourit en soupirant de plaisir en fixant toujours le derrière ensorcelant. Jouir en marchant, elle n’aurait pas cru cela possible.-Alors, cette serre Margo, dit-elle en jouant son rôle, c’est encore loin ?-C’est juste la.« Alors, finissons ans, se dit-elle, je te baise et dès que possible, je te tue ma jolie. »

Kategoriler: Sex Hikayeleri

0 yorum

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir